Tout ce qu’il faut savoir sur le peeling du visage

Tout ce qu'il faut savoir sur le peeling du visage

Le peeling consiste à administrer sur la peau un produit esthétique professionnel, généralement acide, afin d’induire une destruction localisée et maîtrisée de l’épiderme. Cette décomposition des cellules provoque alors une régénération des couches détruites et stimule la génération de fibres élastiques, de même que de collagène dans les régions sous-jacentes, jusqu’à ce que la peau se densifie.

Le peeling superficiel

C’est le peeling utilisé le plus fréquemment en dermatologie. Il entraîne la décomposition des régions les plus superficielles de l’épiderme.
Les produits esthétiques professionnels employés pour un tel peeling sont :

L’acide glycolique

Cette substance diluée entre 30 % et 70 % n’est pas nocive pour la santé, et ne provoque pas d’allergies lors de son application sur la peau du visage.
Il nécessite de nombreuses séances (3 à 10 applications), à intervalle d’une semaine à un mois, en complément de la crème avec acide glycolique à appliquer chaque soir.

Les séances de peeling sont ensuite ponctuées par un rosissement du visage suivi d’une desquamation.

Le TCA

L’acide trichloracétique (TCA) est une substance sans toxicité qui est diluée entre 10 % et 25 % et qui n’induit aucune allergie. Une fois appliqué sur le visage, la peau, souvent douloureuse, est aseptisée avec de l’acétone ou de l’éther. Le patient ressent, en effet, des sensations de chaleur, parfois même de brûlures durant plusieurs minutes, lors de l’émergence de givrage sur la peau. Le praticien pratique par la suite de multiples passages du produit, puis il administre sur la peau des compresses humidifiées qui soulagent la sensation de chaleur et dissolvent les effets du TCA.

Les séances du peeling au TCA sont notamment accompagnées d’un rosissement du visage et d’une desquamation de peau pendant approximativement une semaine.
Les peelings superficiels sont surtout recommandés en cas d’héliodermie, détérioration de la peau due au soleil (teint, grain, taches brunes, ridules, masque de grossesse), ou d’acné à microkystes et comédons.
Il existe très peu de complications, même s’il est observé une hyperpigmentation lors d’une exposition solaire prématurée pour une peau foncée ou une éruption de cicatrices lors d’éventuelle destruction de croûtes sur l’épiderme.

Le peeling moyen

Ce peeling est souvent employé lorsque le peeling superficiel ne fournit pas les performances attendues. C’est un peeling qui accède aux couches localisées sous la cornée de l’épiderme et qui est prescrit en cas de problèmes dermatologiques identiques aux peelings superficiels.

Le peeling moyen utilise également l’acide trichloroacétique (TCA), mais dilué de 30 % à 50 %. Il suit la même procédure que le peeling superficiel au TCA avec notamment des applications à répétition qui accroissent la profondeur du peeling en fonction de la typologie de peau et de la zone dermatologique traitée.

Les conséquences de ce peeling se marquent par la naissance d’un œdème ou gonflement de la peau qui se dissout après 2 à 3 jours. La peau change alors en une couleur brune et pèle après une à deux semaines, se transformant en une peau rosée, mais lisse, qui disparaît au bout de plusieurs mois. Il faut ensuite se protéger des expositions solaires et purifier la peau avec des bombes thermales, puis l’aseptiser avec un antiseptique non agressif, avant d’appliquer une crème grasse, qui optimise la cicatrisation de la peau du visage.

Les complications sont diverses et comprennent l’infection bactérienne et herpétique, de même que les cicatrices hypertrophiques en creux ou en bosse, les cicatrices pales ou les taches brunâtres de pigmentation.

Le peeling profond

Moins fréquent que les peelings superficiels et moyens, il est plutôt réservé aux dégâts de peau très marqués tels que les rides profondes ou les cicatrices en creux. Le produit esthétique professionnel appliqué est en général du phénol, une toxine dérivée du benzène, qui provoque un sentiment de brûlure avec un blanchissage de la peau par coagulation et décomposition de l’épiderme. Il est pratiqué sous contrôle médical cardiaque, comme le phénol est nocif pour le cœur. Une anesthésie généralisée ou localisée de la peau est de plus indispensable, pendant deux semaines à un mois, en complément des crèmes.

Les séances de ce type de peeling sont très contraignantes, et se distinguent par un gonflement conséquent de la peau, qui peut suinter et écouler du sang. Des applications de crèmes et de pansements doivent être faits assidûment jusqu’à régénération complète de la peau en deux semaines. L’épiderme demeure toutefois rose pendant plusieurs mois. Il faut donc se dispenser des expositions au soleil pour prévenir l’apparition de taches brunes.

Des complications peuvent être observées et ressemblent à ceux du peeling moyen. Dès lors, le peeling du visage permet d’agir contre les dégâts cutanés liés au soleil ou les pigmentations de la peau suite aux boutons ainsi qu’aux cicatrices d’acné.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.