Qu’est-ce que la psychologie ?

Qu'est-ce que la psychologie ?

Pour les non-initiés, la psychologie apparaît souvent comme une notion floue, tant le cerveau humain et les problématiques relationnelles semblent infinis. Ils n’ont pas tout à fait tort…

Définition de la psychologie

La psychologie regroupe les sciences qui étudient et accompagnent le fonctionnement de l’activité psychique. Il faut toutefois la différencier de la neurologie qui, elle, centre ses recherches sur l’aspect physiologique du cerveau via l’observation des connexions neuronales et l’activation de ses différentes zones. La psychologie explore plutôt tout ce qui transparaît à l’extérieur, au niveau comportemental et relationnel, de manière à mieux comprendre l’individu (être humain ou animal) et chacune de ses interactions. Elle entre au cœur des processus mentaux afin d’éclairer les causes et les conséquences du comportement humain, qui sont bien souvent liées à la vie quotidienne (contexte social, culturel, professionnel, etc.). Les éléments considérés s’avèrent cependant très nombreux et complexes, allant des simples réflexes du corps humain aux schémas complexes construits par la psyché.

De nouveaux champs d’étude

Afin d’approfondir cette étude de la psychologie, plusieurs courants de pensée se sont développés ces dernières décennies. D’une première réflexion basée sur la physiologie et la biologie, les recherches dévient vers une approche psychodynamique inspirée de la psychanalyse (développement de la personnalité, psychologie de l’enfant, psychopathologie), puis vers le comportementalisme qui apporte de nouvelles notions (apprentissages, conditionnement et liberté via un travail avec des animaux) et enfin l’humanisme par une vision innovante (altruisme et hiérarchie des besoins fondamentaux). Plus récemment, de nouveaux champs d’étude sont apparus, comme la psychologie cognitive (mémoire, émotions, raisonnement, résolution de problèmes) et la psychologie sociale qui s’intéresse aux interactions entre individus et à leur place au sein de la société. Tous ces courants se compètent plus qu’ils ne s’opposent.

Les méthodes de recherche

Les méthodes de recherche se distinguent également en fonction des courants, du sujet étudié et des besoins du spécialiste. L’observation sur le terrain reste une valeur sûre. Elle est employée, par exemple, dans les cours d’école afin d’examiner la psychologie de l’enfant, ou en situation d’entretien d’embauche pour évaluer le comportement non verbal. De nombreuses « expériences sociales » fleurissent aussi en vidéo sur Internet, servant à étudier le comportement des passants dans la rue face à une situation donnée (malaise, question d’orientation, maltraitance animale, prostitution infantile, etc.). D’autres méthodes demeurent évidemment plus cadrées, comme les expérimentations de laboratoire aux protocoles stricts et résultats statistiques complexes, ou encore l’étude de cas cliniques qui analyse l’évolution personnelle de patients sur une longue durée (psychopathologies, maladies rares, lésions cérébrales).

La consultation individuelle classique reste, par ailleurs, très connue en psychologie. Il s’agit généralement d’entretiens visant à accompagner les personnes en souffrance dans la gestion de leurs difficultés quotidiennes (ruptures, deuil, conflits, traumatisme, troubles mentaux, etc.).

La psychologie n’a pas encore livré tous ses secrets

Quelles que soient les techniques employées, toutes ces études visent à mieux comprendre le comportement humain. De nombreuses hypothèses sont émises par les scientifiques, qui cherchent autant à les confirmer qu’à les invalider. Une seule chose est certaine : la psychologie n’a pas encore livré tous ses secrets et continue d’attiser la curiosité des chercheurs comme du grand public.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *